Conseil départemental de l'Isère

Structure

Parlement départemental

Le Conseil départemental de l'Isère est une assemblée élue tous les six ans au suffrage universel direct paritaire (un ou une conseillère et sa ou son suppléant, une femme et un homme, sont élus ensemble dans chaque canton).

En Isère, 58 membres du conseil départemental sont élus dans les 29 cantons du département. Suite aux élections du 2 avril 2015, le parlement départemental se compose de 24 élu·e·s Républicains (UMP), 11 élu·e·s Divers droite, 5 élu·e·s UDI (Union des démocrates et des indépendants), 14 élu·e·s PS, 4 élu·e·s PCF, 3 élu·e·s Divers gauche, 2 élu·e·s EELV,  et 1 élu·e Forum social des quartiers populaires (FSQP). Le parlement départemental est donc passé à droite, sous la présidence de Jean-Pierre Barbier, après avoir été présidé pendant 14 ans par André Valini (PS). (1)

Les indemnités des conseillers départementaux s'élèvent à 2661,022€ brut. Celle du président du Conseil est supérieur de 45%, soit 3858,4819€ brut (2).

Le budget du Conseil départemental est d'environ 1,4 milliard d'euros. Il est alloué selon ses domaines de compétences (fixés par la loi) (3) :

  • aide sociale (protection de l'enfance, insertion sociale, RSA, aide aux personnes âgées et/ou handicapées...) ;
  • voirie (routes départementales, transports intradépartemental par autocar) ;
  • éducation (collèges) ;
  • culture (archives départementales, musées et patrimoine architectural) ;
  • développement local ;
  • tourisme.

Lors de la première réunion du Conseil départemental, le 30 mars 2015, les nouveaux élus du Conseil départemental ont pris deux décisions fortement contestées (fichiers joints), marquant une certaine régression sur les questions sociale et environnementale :

  • retrait de l’aide au CCAS de Grenoble pour l'aménagement du site d'hébergement du Rondeau qui avait été adoptée par l'équipe précédente le 13 mars 2015, au titre de la protection de l'enfance et du soutien aux familles. La suppression de cette aide d'un montant de 93 000 € a marqué une première étape dans le démantèlement du bidonville d'Esmonin, situé juste à côté et démoli durant l'été (4). Le conseil départementale est le garant de la protection de l'enfance. A ce titre, il doit s'assurer que tous les enfants du département vivent dans des conditions dignes, et non pas de concourir à l'expulsion de leur lieu d'habitation rendant leurs conditions de vie encore plus précaires qu'elles ne l'étaient;
  • soutien au projet de Center Parcs de Roybon, au motif que ce projet était bon pour l'environnement, alors même que ce projet était déjà très fortement contesté pour les dégats écologiques qu'il a déjà provoqué (5).

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_départemental_de_l'Isère

(2) Délibération du CD de l'Isère du 30 avril 2015, en pièce jointe

(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_départemental

(4) http://www.rue89lyon.fr/2015/05/23/bidonville-esmonin-eric-piolle-change-discours/

(5) Le tribunal administratif de Grenoble a annulé, jeudi 16 juillet 2015, un arrêté préfectoral autorisant la destruction de zones humides dans la forêt de Chambaran, pris le 3 octobre 2014, préalable au démarrage du chantier de construction de ce centre de loisirs, pour cause de non-respect de la loi sur l'eau : http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/07/16/malgre-la-decision-de-justice-pierre-vacances-veut-toujours-construire-le-center-parcs-de-roybon_4686144_3224.html