Je suis victime ou témoin de violences familiales

Info pratique

Que vous soyez victime ou témoin de violences conjugales ou familiales, vous ne pouvez rester seul·e face à cette situation. En ce qui concerne les violences conjugales, il existe plusieurs associations qui pourront vous écouter et vous aider en fonction de la situation :

Miléna et Solidarité femmes sont deux associations qui ont pour objectifs l'accueil, l'écoute, le conseil et la protection des femmes confrontées aux violences conjugales et familiales. Miléna offre des permanences téléphoniques anonymes pour pouvoir être écouté∙e et/ou bénéficier de conseils. Ces deux associations peuvent proposer en cas de besoin des solutions d'hébergement (d'urgence ou sur plus long terme) avec ou sans enfants.

Vous pouvez également vous adresser au Planning familial où vous pouvez être reçu·e en entretien pour discuter de votre situation en toute confidentialité.

Il existe aussi la ligne téléphonique : Violence femmes info (3919). C'est un numéro d'écoute anonyme et gratuit où vous trouverez une écoute, des informations et si besoin une orientation vers les différentes associations et/ou dispositifs qui peuvent vous aider. Afin de protéger les personnes qui appellent, ce numéro ne laisse aucune trace sur les factures de téléphone. Si vous êtes dans un endroit où vous ne pouvez pas parler en toute sécurité, vous pouvez également envoyer un SMS au 114. Attention, ce ne sont pas des numéros d'urgence. En cas d'urgence, appelez la police ou la gendarmerie en composant le 17 ou le 112. S'il y a des blessé·e·s, prevenez les pompiers ou le samu (18 ou 15)

Si vous êtes témoin d'une crise violente, il est essentiel que vous veniez en aide à la victime, soit en intervenant directement, soit en prévenant les secours car les féminicides sont nombreux, et c'est principalement lors de ces crises violentes que ces drames arrivent. En tant que témoin, vous pouvez protéger la victime.

En France, en 2019, 149 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex conjoint. La formule bien connue "d'une femme meurt tous les deux jours et demi (1) sous les coups de son conjoint" est tendencieuse, car elle laisse sous entendre que ces femmes meurent comme par accident, d'une situation de violence qui aurait dégénérée. La réalité est tout autre, puisque dans 90% des cas, il s'agit d'homicide volontaire, (parfois avec préméditation) par arme blanche ou arme à feu. On est donc loin de la giffle de trop ayant entrainé la mort. Rappellons également que ces femmes tuées par leur conjoint représentent près de 20% des meutres commis en France. (2)

Les violences familiales recouvrent également les violences faites sur les enfants dans le cadre familial. Si vous êtes témoin ou que vous soupçonnez une situation de maltraitance d'un ou d'une enfant, vous pouvez prévenir en composant le 119 : des professionnel·le·s de la protection de l'enfance pourront vous écouter et vous conseiller face à la situation, et prendront le relais en cas de besoin.

Si vous êtes témoin ou victime d'inceste, l'association SOS Inceste pour REVIVRE est spécialisée dans l'écoute et le conseil des victimes d'inceste.

Si vous êtes témoin ou victime d'un mariage forcé, qu'il soit réalisé ou prévu, vous pouvez prendre contact avec le réseau mariage forcé de l'Isère.

(1) Ministère de l'intérieur

(2) En France, on meurt parce qu'on est une femme