Caliban et la sorcière

Texte
  • Silvia Federici
  • 2014

Silvia Federici est une universitaire féministe américaine, professeur émérite et chercheuse à l'université Hofstra de New York. Dans cet essai magistral, elle affirme que le capitalisme s'est bâti sur l'accumulation primitive de richesses issues de la colonisation du Nouveau Monde, mais aussi sur l'extorsion du travail des femmes. L'analyse se place donc dans une perspective marxiste, mais dont les femmes n'auraient pas été oubliées.

Très documenté, l'essai présente un Moyen-Age beaucoup plus progressiste et libertaire que celui que les livres d'histoire nous ont décrit, et surtout beaucoup plus égalitaire entre les femmes et les hommes. Ce n'est qu'à partir de l'émergence du capitalisme que les femmes ont été dépossédées de leurs savoirs, écartées de quantité de métiers, isolées de la vie sociale et enfin brûlées vives par l'Inquisition en Europe.

Elles étaient dans le même temps les victimes d'une guerre sans merci, colonisées parmi les colonisés sur le continent américain.