Présentation-discussion avec le collectif 269 LA (actions directes et refuge antispécistes)

Événement Modifier

Quand

  • jeudi 02 juin 2022, de 19h00 à 21h00

Pour y aller

Description

Soirée de rencontre et de soutien au collectif 269 Libération Animale et à son sanctuaire, soirée co-organisée avec le mouvement Pour une Ecologie Populaire et Sociale Isère.

Au programme :

- De 19h à 20h : Discussion sur la lutte antispéciste et présentation de la stratégie du collectif (par Tiphaine co-fondatrice de 269LA)

-  De 20h à 21h : Discussion-débat sur la pratique de l'action directe

Cantine vegan salé et sucré à prix libre, bar, stand de merch & illustrations, infokiosque etc.

Quelques mots sur 269LA :

"Notre collectif a vu le jour en 2016 avec d’une part la volonté de reconstruire la lutte contre l’exploitation animale pour lui donner une réelle dimension révolutionnaire, et d’autre part le souci constant de joindre les actes concrets aux mots.

Ce que nous aimerions vous faire découvrir durant cette soirée, c’est un autre visage de l’antispécisme, celui d’un combat mené avec les camarades animaux contre un système de domination qui les réduit à l’état de marchandises.

L’esprit qui anime le lieu qui nous reçoit fait parfaitement écho à notre manière de concevoir l’espace comme un enjeu politique et à cette nécessité d’inventer des « contre-mondes » dans lesquels nous bâtissons en dur nos idées.

À contre-courant des associations de promotion du véganisme - retranchées derrière leur croyance en un soi-disant capitalisme propre -, notre collectif fait office de "radicalisateur", toujours en rupture théorique et pratique.

Nous percevons l’antispécisme comme une lutte sociale et politique, solidaire des autres combats contre les oppressions systémiques et indispensable à prendre en compte dans la lutte des classes. En d’autres termes, nous ne luttons pas pour véganiser le monde ; notre lutte est une prise de position contre la structure hiérarchique d’une société fondée sur les rapports de pouvoir et de propriété et contre le seul mode de vie qu’elle valorise et autorise : la domination. C’est pourquoi, pour nous, anarchisme et antispécisme marchent ensemble !

Notre objectif exige que notre révolte et notre théorie deviennent inséparables de notre vie quotidienne.

À cette fin, nos actions se lisent comme une tentative d’exproprier la théorie des "salons" pour la remettre au service de la révolte ; pour dynamiter la distinction entre la théorie et la vie. Un livre qui déclare « Vive la révolution ! » n’a que des mots à offrir ; une action directe qui fait la même déclaration fait un pas de plus vers l’insurrection.

Nous sommes convaincu.es que l’éducation politique s’acquiert par la lutte et qu’aucun.e camarade ne peut apprendre tout cela dans les brochures ou dans les tracts, mais que cette éducation nous l’acquerrons dans l’école politique vivante.

Alors à la litanie macabre et quotidienne des chiffres, aux récits de souffrance de ces corps démembrés, mutilés, brûlés vifs, jetés aux ordures, nous répondons par l’action directe. Devant l’indifférence et le mépris des dominants, il n’existe nulle autre réponse. Crier sa colère ne suffit plus.

C’est dans cette perspective que depuis 2016, notre collectif multiplie les actions directes contre les structures capitalistes du système d’exploitation animale et s’occupe d’un refuge.

Pour (re)matérialiser la politique trop souvent cantonnée à la sphère des idées, habiter et semer le trouble, ce territoire en lutte que nous avons créé accueille les réfugiés animaux libérés des abattoirs, laboratoires et élevages au cours d’actions directes menées par notre collectif partout en Europe.

Ce lieu concrétise les infinies possibilités de complicités politiques fortes et efficaces entre personnes animales et humaines : une "sympraxis", un agir avec !"

Au 38 rue d'Alembert
Grenoble

Mis à jour : le 20 mai 2022 19:36