<p><img src="//stats-web.gresille.org/p.php?idsite=7" style="border:0;" alt="" /></p>

La COP21 : Quand les grandes personnes discutent de notre planète

Brève

Du 28 novembre au 12 décembre 2015, à Paris, se déroulera la COP 21, rassemblant des chefs d’états et grands industriels de ce monde.

L’ironie, c’est que ceux-là même qui soutiennent l’aéroport de Notre dame des Landes, le Center Parcs de Roybon, les industries les plus polluantes et mille autres projets destructeurs de vies, de forêts, de territoires habités et cultivés viennent maintenant parler d’écologie. L’environnement n’est pour eux qu’une variable économique prise en compte seulement quand elle compromet de futurs profits économiques, ou mieux : si elle ouvre de nouvelles perspectives de croissance « verte ». Il est éclairant de souligner qu’un certain nombre d’industriels invités ont déjà été nominés aux prix Pinocchio ou en ont reçu un, en « récompense » de l’abysse qui sépare leurs prétentions et leurs actions réelles (EDF, Engie, BNP Paribas, entre autres).

Mais surtout, cette écologie s’érige en morale individuelle. Elle rend coupable chacun d’entre nous de la catastrophe écologique, comme si les torts étaient partagés à égalité entre le pouvoir et les sans-pouvoirs, les pays riches et les pays pauvres, les patrons d’AREVA et les travailleurs sous-traitants du nucléaire. Ils nous demandent d’aller travailler en vélo, de trier nos déchets, d’acheter bio et local et continuent de soutenir des modes de production polluants et destructeurs.

Pendant la COP 21, les frontières seront rétablies dans l’espace Schengen (1) pour empêcher les étrangères et étrangers qui souhaiteraient promouvoir une autre écologie de venir faire entendre leur voix. Durant la COP 21, les industriels auront leur mot à dire, la société civile non. S’il est nécessaire de questionner nos modes de production et notre course à la croissance, ça n’est probablement pas un sommet entre « grands » de ce monde qui le permettra.

L’action des petits s’organise cependant : outre les nombreuses associations qui seront présentes à Paris durant cet évènement et qui entendent bien faire entendre la voix de celles et ceux qui ne seront jamais consulté∙e∙s (Coordination sud, Attact, Greenpeace, les Amis de la Terre, la Confédération paysanne entre autres), le journal la Décroissance organise un contre sommet samedi 14 novembre à Vénissieux, et à Grenoble, nous vous invitons à vous rendre à l’un des événements organisés par le 38/lieu commun sur la question :

  • 14 novembre : COP 21 : Le bluff énergetique, on prend les mêmes et on recommence
  • 21 novembre : Habiter un territoire : là où se lient vivre et lutter
  • 25 novembre : Vive la technopole ! Soirée de promotion pour une métropole écologique, capitaliste et durable, où l’humain et la technologie (mais surtout la technologie) vivent en fin en harmonie

Nous vous invitons également à visiter le site participatif : http : //anticop21.org/ relayant les informations de lutte autour de la COP 21.

(1) www. bastamag.net/Le-gouvernement-francais-instaure-le-controle-aux-frontieres-pour-sa-conference

http : //www. metronews.fr/info/espace-schengen-pour-la-cop-21-cazeneuve-referme-les-frontieres-nationales/mokf ! vVIOEFdJnpKo/