<p><img src="//stats-web.gresille.org/p.php?idsite=7" style="border:0;" alt="" /></p>

Lutter contre les expulsions de sans-papiers à Grenoble

Brève

Après l’expulsion de monsieur Kundela en octobre en RDC (Congo-Kinshasa) où il risque jusqu’à 10 ans de prison, c’est au tour de Behran Demirovski d’avoir été enfermé au CRA de Lyon-Saint-Exupéry puis expulsé en Macédoine où il risque la vie.

Alors que faire ? Si vous aussi êtes révolté. e. s par ces expulsions qui s’apparentent parfois à des condamnations à mort pour les personnes expulsées, sachez que vous pourrez trouver du soutien pour vous organiser. Dans la catégorie « Un monde en lutte-immigration » vous pourrez trouver plusieurs collectifs ou associations qui luttent pour un accueil digne des demandeurs d’asile : le RESF 38, l’APARDAP, leRUSF 38, le collectif de soutien aux réfugiés algériens, la CISEM ou l’ADA en font partie. Si la personne est arrêtée dans la région grenobloise, il y a de fortes chances pour qu’elle soit enfermée au Centre de Rétention Administrative de Lyon, où vous pourrez lui rendre visite, lui apporter des cadeaux ou de l’argent, et surtout l’aider à annuler son expulsion du territoire.

Dans tous les cas, prenez garde à ne pas compliquer davantage la situation, notamment en donnant de fausses informations, où des informations contradicatoires avec les informations connues de la préfecture ou desservices de police. Enfin, sachez qu’à partir du moment où la personne reçoit une OQTF (Obligation à Quitter le Territoire Français), de nombreux recours juridiques (au tribunnal administratif notamment) et politiques (pressions sur la préfecture, sur la mairie) sont possibles, ne baissez pas les bras !

Pour en savoir plus, nous vous recommandons deux guides très bien faits : le guide du demandeur d’asile à Grenoble et la brochure « Sans papiers : s’organiser contre l’expulsion »